Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Sarkozy veut une interdiction des enquêtes pénales sur lettre anonymes

Sarkozy veut interdire les dénonciations anonymes au fisc

© AP

sarkozy dati

JOUY-EN-JOSAS, Yvelines (Reuters) – Nicolas Sarkozy annonce son intention de faire interdire les enquêtes pénales déclenchées à  partir de lettres anonymes, procédure relativement courante en France et à  l’origine de certains des plus importants scandales financiers des dernières années.

« J’ai demandé à  la Garde des sceaux Rachida Dati d’interdire la pratique des dénonciations anonymes, et je me moque des procès d’intention », a-t-il déclaré dans un discours devant l’université d’été du Medef, le syndicat patronal.

« A quoi sert d’expliquer à  nos enfants que Vichy et la collaboration, c’est une page sombre de notre histoire et de tolérer des contrôles fiscaux sur dénonciation anonyme ou des enquêtes sur dénonciation anonyme », a ajouté le chef de l’Etat.

Nicolas Sarkozy a connu personnellement l’expérience. Une enquête pénale avait été déclenchée en 2004 sur lui-même et d’autres personnes, après la remise à  la justice sous forme de lettres anonymes de listings de la société financière luxembourgeoise Clearstream, qui se sont révélés être des faux.

Ces listings laissaient croire qu’il détenait des comptes bancaires à  l’étranger où avaient été versés des fonds de corruption. L’enquête l’a blanchi en 2005 et a mis en cause, depuis, son ex-rival à  droite et ex-Premier ministre Dominique de Villepin, qui est mis en examen comme instigateur présumé des courriers présentés comme anonymes et versés au dossier.

De très nombreuses instructions financières ont commencé par des lettres anonymes qui ont dénoncé de véritables faits.

Il en fut ainsi de l’affaire Elf, engagée en 1994 par la juge Eva Joly et soldée cette année par la confirmation de lourdes peines de prison ferme pour les principaux dirigeants de la société pétrolière française en 1989-1993. La partie de cette affaire ayant visé l’ex-ministre socialiste Roland Dumas, finalement relaxé, est notamment partie d’une lettre anonyme.

« Si quelqu’un veut dénoncer, qu’il donne son nom et l’administration garantira son anonymat », a expliqué le président de la République jeudi. Cette procédure existe déjà  en partie depuis les lois Perben, avec le témoignage « sous X », relativement peu utilisé.

Le chef de l’Etat a en outre évoqué de manière plus générale une limitation des poursuites pénales contre les entrepreneurs. « La pénalisation de notre droit des affaires est une grave erreur je veux y mettre un terme », a-t-il dit.

« Un certain nombre de gens font appel au droit pénal pour obtenir un chantage. Rachida Dati s’est déjà  saisi de ce dossier et fera très prochainement des propositions », a-t-il dit.

Il n’a pas précisé ses intentions exactes. Les syndicats patronaux réclament de longue date une limitation, par le biais d’une prescription plus large, des faits « d’abus de biens sociaux », incrimination qui sert souvent à  poursuivre le financement politique occulte ou la corruption.

Sarkozy veut interdire les dénonciations anonymes au fisc

© AP

sarkozy fuhrer dati

JOUY-EN-JOSAS – Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi avoir demandé à  la garde des Sceaux Rachida Dati d’interdire la pratique des dénonciations anonymes au fisc.

« A quoi sert-il d’expliquer à  nos enfants que Vichy et la collaboration, c’est une page sombre de notre histoire, et de tolérer des contrôles fiscaux ou des enquêtes sur dénonciation anonyme? Ce n’est pas la République, cela », a déclaré le chef de l’Etat devant le Medef.

« Si quelqu’un veut dénoncer, qu’il donne son nom. On peut parfaitement dénoncer sous X, et l’administration garantira son anonymat. Mais la lettre non signée, elle n’a pour moi qu’une seule direction, le panier, la corbeille », a ajouté M. Sarkozy.

Vers une interdiction des enquêtes pénales sur lettre anonymes

© Reuters

sarkozy ramer

JOUY-EN-JOSAS, Yvelines – Nicolas Sarkozy annonce son intention de faire interdire les enquêtes pénales déclenchées à  partir de lettres anonymes, procédure relativement courante en France et à  l’origine de certains des plus importants scandales financiers des dernières années.

« J’ai demandé à  la Garde des sceaux Rachida Dati d’interdire la pratique des dénonciations anonymes, et je me moque des procès d’intention », a-t-il déclaré dans un discours devant l’université d’été du Medef, le syndicat patronal.

« A quoi sert d’expliquer à  nos enfants que Vichy et la collaboration, c’est une page sombre de notre histoire et de tolérer des contrôles fiscaux sur dénonciation anonyme ou des enquêtes sur dénonciation anonyme », a ajouté le chef de l’Etat.

Nicolas Sarkozy a connu personnellement l’expérience. Une enquête pénale avait été déclenchée en 2004 sur lui-même et d’autres personnes, après la remise à  la justice sous forme de lettres anonymes de listings de la société financière luxembourgeoise Clearstream, qui se sont révélés être des faux.

Ces listings laissaient croire qu’il détenait des comptes bancaires à  l’étranger où avaient été versés des fonds de corruption. L’enquête l’a blanchi en 2005 et a mis en cause, depuis, son ex-rival à  droite et ex-Premier ministre Dominique de Villepin, qui est mis en examen comme instigateur présumé des courriers présentés comme anonymes et versés au dossier.

De très nombreuses instructions financières ont commencé par des lettres anonymes qui ont dénoncé de véritables faits.

Il en fut ainsi de l’affaire Elf, engagée en 1994 par la juge Eva Joly et soldée cette année par la confirmation de lourdes peines de prison ferme pour les principaux dirigeants de la société pétrolière française en 1989-1993. La partie de cette affaire ayant visé l’ex-ministre socialiste Roland Dumas, finalement relaxé, est notamment partie d’une lettre anonyme.

« Si quelqu’un veut dénoncer, qu’il donne son nom et l’administration garantira son anonymat », a expliqué le président de la République jeudi. Cette procédure existe déjà  en partie depuis les lois Perben, avec le témoignage « sous X », relativement peu utilisé.

Le chef de l’Etat a en outre évoqué de manière plus générale une limitation des poursuites pénales contre les entrepreneurs. « La pénalisation de notre droit des affaires est une grave erreur je veux y mettre un terme », a-t-il dit.

« Un certain nombre de gens font appel au droit pénal pour obtenir un chantage. Rachida Dati s’est déjà  saisi de ce dossier et fera très prochainement des propositions », a-t-il dit.

Il n’a pas précisé ses intentions exactes. Les syndicats patronaux réclament de longue date une limitation, par le biais d’une prescription plus large, des faits « d’abus de biens sociaux », incrimination qui sert souvent à  poursuivre le financement politique occulte ou la corruption.


Publié le 31 août, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire