Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Afghanistan: la production d’opium atteint de nouveaux records

La production d’opium atteint de nouveaux records en Afghanistan

© AFP, Par Béatrice KHADIGE

afghanistan femme

KABOUL (AFP) – La production d’opium a fait un nouveau bond record de 34% en un an en Afghanistan, depuis longtemps et de très loin le premier producteur au monde de cette composante principale de l’héroïne, a annoncé lundi l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

La production, qui a doublé en deux ans, « a atteint des niveaux records effrayants en 2007 », estime l’ONUDC dans son rapport annuel rendu public à  Kaboul.

L’opium afghan représente 93% de la production mondiale.

Sur la scène mondiale, l’Afghanistan est devenu le pays du monde où la plus grande proportion de terres cultivables est affectée à  la production de drogue, affirme l’ONUDC.

« L’étendue des terres affectées à  la culture du pavot est maintenant plus importante que le total cumulé de celles affectées à  la production de coca en Amérique latine –Colombie, Pérou et Bolivie–. Aucun autre pays n’a produit de narcotiques à  une échelle aussi mortelle depuis la Chine au 19ème siècle », selon l’ONUDC.

Quelque 193.000 ha de terres sont ainsi affectées à  la culture du pavot en 2007, contre 165.000 en 2006.

La percée s’est produite en dépit d’efforts de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, qui ont affecté des millions de dollars à  l’éradication de cette culture traditionnelle en Afghanistan, mais qui sert aujourd’hui à  financer l’effort des insurgés islamistes talibans contre le pouvoir du président Hamid Karzaï, soutenu par 50.000 troupes étrangères.

Le montant total de la production pour 2007 est estimé à  8.200 tonnes, contre 6.100 tonnes l’an dernier, soit 34% d’augmentation, et le double de celle de 2005, soit 4.100 tonnes, selon le rapport. La demande mondiale actuelle est de 4.500 tonnes, a ajouté devant la presse le directeur de l’ONUDC, Antonio Maria Costa.

Environ 80% du pavot est cultivé dans quelques provinces proches du sud qui longent la frontière avec le Pakistan, et où la présence et l’activité des talibans sont les plus importantes.

Dans celle du Helmand, où se concentre la rébellion, elle s’est accrue de 48%, transformant cette province de 2,7 millions d’habitants. C’est la région qui, dans le monde, cultive le plus de plantes destinées à  produire des stupéfiants, davantage que la Colombie avec sa culture de coca, le Maroc avec le cannabis ou la Birmanie avec l’opium, avec des populations 20 fois plus élevées, souligne le rapport.

La culture du pavot est « étroitement liée » à  l’insurrection des talibans, affirme l’ONUDC.

Les talibans avaient interdit en 2000, par une fatwa, la culture du pavot. « Ce qui était considéré comme un péché est maintenant encouragé », souligne M. Costa.

« Puisque le trafic de drogue et l’insurrection se nourrissent l’une l’autre, les forces internationales ont un intérêt direct à  soutenir des opérations anti-narcotiques », a-t-il ajouté, se disant convaincu qu’à  la prochaine réunion de l’Otan à  Bruxelles le 5 septembre, les gouvernements décideront de mettre à  contribution leurs quelque 37.000 soldats présents, pour éradiquer le pavot, ce qu’elles ont jusqu’à  présent refusé de faire.

Le responsable onusien juge que le programme d’éradication de cette culture devrait être mené de manière « plus honnête et plus vigoureuse ». Il a regretté, lors de la conférence de presse, que les autorités afghanes n’aient toujours pas transmis au Conseil de sécurité de l’Onu les noms des trafiquants de drogue connus.


Publié le 28 août, 2007 dans Actualité, Cannabis.

Laissez un commentaire