Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un grand vide dans l’univers

Un énorme vide dans l’univers

fond diffus cosmologique
fond diffus cosmologique

Le fonds diffus cosmologique, ce rayonnement électromagnétique extrêmement homogène et isotrope, à  l’image de ce qu’était la soupe cosmique au moment de son émission quelque 300 000 ans après le Big Bang, exhibe des fluctuations de température ténues de l’ordre d’une part pour cent-mille.

Les astrophysiciens ont eux-même été surpris par leur découverte : ils ont identifié un gigantesque « trou » dans l’univers, un vide de presque un milliard d’années de large. Cela n’a rien à  voir avec les trous noirs, grands dévoreurs de matière. Il s’agit là  d’un endroit sans matière visible (galaxies, étoiles, gaz) ni matière noire. Du vide, donc.

Certes, ce n’est pas la première fois que des chercheurs tombent sur des poches de vide dans l’univers mais elles étaient de petite taille. Lawrence Rudnick (University of Minnesota, USA) et ses collègues ne s’attendaient pas à  trouver un vide aussi vaste.

Cette région de l’univers, située entre 6 et 10 milliards d’années de la Terre, avait été repérée il y a trois ans à  cause de sa froideur. Ce sont les données du satellite WMAP, chargé d’étudier le fond cosmologique diffus de l’univers -le rayonnement fossile issu de la première lumière émise 300.000 ans environ après le Big Bang- qui ont révélé l’anomalie. WMAP, qui mesure avec une très grande précision les variations de températures du rayonnement fossile, a mis en évidence une région froide dans la constellation de l’Eridan.

Grâce au radiotélescope américain VLA (Very Large Array), qui scanne l’intégralité du ciel, Rudnick et ses collègues ont constaté que cette même région était dépourvue de galaxies. Les photons, les particules de la lumière étudiées par WMAP, perdent de l’énergie lorsqu’ils travers un espace vide de matière avant d’arriver jusqu’à  nous, expliquent les chercheurs, d’où la baisse de température repérée dans le rayonnement fossile par le satellite.

Lawrence Rudnick et ses collègues, dont les travaux vont être publiés dans l’Astrophysical Journal, attendent maintenant que d’autres observations confirment leurs résultats. Expliquer comment un tel vide peut se constituer dans l’univers est une autre paire de manches. Aucune simulation de l’évolution de l’univers ne prédit l’existence d’un vide de cette taille, ajoutent les chercheurs.

Cécile Dumas
Sciences et Avenir.com
(24/08/07)


Publié le 26 août, 2007 dans Astronomie.

Laissez un commentaire