Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Bernard Kouchner en Rajoute sur la libérations des infirmières et de Cécilia Sarkozy

Bernard Kouchner se dit attristé de la situation du PS

© Reuters

bernard kouchner

PARIS – Bernard Kouchner dit en avoir « marre de la critique permanente » et de la « fausse guéguerre civile » qui sévit selon lui au Parti socialiste, dont il a été écarté pour avoir accepté d’entrer dans le gouvernement Fillon.

« La situation du PS m’attriste », déclare le ministre des Affaires étrangères dans le Journal du dimanche.

A ses yeux, la social-démocratie a « 20 ans de retard » et « il faut changer de vocabulaire comme de logiciel ».

« On aurait besoin d’une gauche forte et alternative. Moi j’en ai marre de la critique permanente. Je ne dis pas ça parce que je suis dans le gouvernement Fillon », martèle-t-il.

« Oui, j’en ai marre de la fausse guéguerre civile. J’en ai marre qu’on fasse la tronche en permanence (…) », ajoute-t-il.

Bernard Kouchner précise qu’il se considère « bien sùr », comme un socialiste.

« Je reste social-démocrate. Il faut, cela va de soi, une opposition, mais il était temps que ce pays bouge. Or, enfin, il bouge », estime-t-il.

Le chef de la diplomatie française n’a pas apprécié l’insistance avec laquelle des députés PS ont demandé à  entendre l’épouse du président de la République, Cécilia Sarkozy, sur son rôle dans la libération des cinq infirmières bulgares et du médecin d’origine palestinienne emprisonnés pendant huit ans en Libye.

L’Elysée a repoussé l’idée d’une audition de la première dame de France par une commission d’enquête parlementaire.

« Ce qu’a fait Cécilia n’est peut-être pas conforme aux habitudes, mais que vaut le conformisme au regard d’une libération d’otages ? Le PS n’a-t-il rien d’autre à  se mettre sous la dent ? », interroge Bernard Kouchner.

« On libère les infirmières, comme le monde entier est tenté de le faire, et on nous le reprocherait presque ! Que le Parti socialiste demande aux infirmières ce qu’elles pensent de Cécilia Sarkozy ! », ajoute le ministre.

Bernard Kouchner déclare par ailleurs espérer obtenir des preuves de vie de la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, otage des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) depuis plus de cinq ans.

« Dans cette affaire, nous sommes acharnés », dit-il, mais « c’est très compliqué ».


Publicité
Publié le 26 août, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire