Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Bernard Debré Propose la Castration Chimique

Bernard Debré déposera une proposition de loi pour « la castration chimique » des délinquants sexuels

Source: Yahoo!

bernard debre

PARIS – Le député UMP de Paris Bernard Debré, médecin et chef du service de sexologie à  l’hôpital Cochin, a annoncé mercredi vouloir déposer une proposition de loi qui obligerait un délinquant sexuel à  une « castration chimique » s’il est considéré comme encore dangereux.

Le député a annoncé sur RTL qu’il allait déposer « ces jours-ci » la proposition de loi, « déjà  prête », et à  laquelle il avait réfléchi « depuis longtemps ». Il espère « qu’on trouvera une place » dans l’agenda parlementaire pour l’examiner.

« Un criminel sexuel, après qu’il ait été examiné par un collège de médecins qui nous dira s’il est potentiellement récidiviste, doit être traité médicalement par une castration chimique », a estimé le député, ajoutant qu’il propose l’injection « tous les trois mois d’un produit qui empêche la libido », mais qui est « réversible ».

Il a précisé que cette obligation de traitement médical se ferait sur décision d’un juge « après avis d’un psychiatre et deux médecins spécialisés ». Elle aurait lieu « dès l’entrée » en prison et « bien entendu à  la sortie », avec un « suivi tous les trois mois ».

« Ces délinquants sexuels sont aussi souvent des meurtriers et, si on arrive à  provoquer leur impuissance, ils seront beaucoup moins dangereux », a-t-il estimé.

Selon la proposition de loi, « si le patient et délinquant ne suit pas sa castration chimique, il est automatiquement, après décision du juge, transféré soit en prison soit dans un hôpital spécialisé » et ne pourrait « en sortir à  condition qu’il prenne l’engagement de se soigner ». Le bracelet électronique pourrait, selon le député, aider aussi au suivi du traitement.

Qualifiant de « faute médicale très grave » la prescription de Viagra à  Francis Evrard, l’agresseur présumé du petit Enis, le député a salué la décision de Nicolas Sarkozy de construire un hôpital fermé pour délinquant sexuel.

Syti.net, Bientôt en prison pour les crimes que vous « pourriez » commettre

Source: Syti.net Kioske Sarkozy

12/02/2004

Dans un état de droit, on ne peut être condamné que pour les fautes que l’on a commise. A l’opposé, dans son film « Minority Report », Steven Spielberg décrit une société où chacun peut être arrêté pour les crimes qu’il « pourrait » commettre, selon des probabilités évaluées par la police.

Et c’est dans cette direction que Nicolas Sarkozy souhaite aller, selon ses déclarations à  l’occasion de l’enlèvement d’une petite fille par un agresseur ayant lui-même été violé pendant son enfance.

Toujours prompt à  utiliser l’actualité comme prétexte à  des mesures toujours plus répressives et liberticides, Nicolas Sarkozy a évoqué la nécessité d’un suivi psychiatrique obligatoire pour les individus ayant subi des traumatismes graves dans leur enfance, susceptibles de les entraîner dans des « dérives monstrueuses » une fois adulte. « Il faut assurer le suivi des jeunes confrontés à  des situations de grande détresse dans leur enfance (…), le suivi d’individus dont on peut penser qu’ils ont des problèmes d’équilibre pour ne pas dire des problèmes psychiatriques. Tout ceci doit nous interpeller pour en tirer les conséquences », a conclu le ministre de l’intérieur.

Ainsi, les victimes de ce type d’évènement traumatisants devraient en plus se soumettre toute leur vie à  un contrôle policier. Par extension, on pourrait envisager à  terme de définir des critères de « normalité » et de considérer comme potentiellement dangereux ceux qui s’écarteraient de ces critères. Ainsi, certaines idées, ou certains modes de vie pourraient être considérés comme « anormaux », donc dangereux et justifiant une surveillance ou une arrestation préventive. Selon le même principe que les « guerres préventives » de George W. Bush.


Publié le 23 août, 2007 dans Actualité.

Commentaires (1)

 

  1. paul dit :

    Faisons entierement confiance a M. Debre, dont l’arriere-grand-pere, alors Grand Rabbin de Neuilly-sur-Seine, a circoncis la plupart de nos dirigeants…

Laissez un commentaire